18/10/2006

L'oiseau vert.

Pic-Vert

Pendant la formation « Se libérer des entraves du passé. (1) », nous avons visité, sur le plateau d’Assy, l’église de « Notre Dame de Toute Grâce ». Quelques oeuvres de grands artistes modernes français, y avaient été intégrées lors de sa construction. Ce qui était mémorable pour moi, était la tapisserie de l’Apocalypse et sur la droite au fond un vitrail d’un vert d’émeraude sans dessins. Ce dernier m'avait saisi par sa sobriété et sa couleur. 
A la session suivante alors que je rapportais ces impressions au groupe l’animatrice m’avait dit « Mais qu’est ce qui te touche dans ce vert ? » A part la couleur du printemps qui reverdissait tout, je n’avais rien trouvé de concret. La session s’était poursuivie et déjà nous étions sur le chemin du retour.


Le Dimanche matin attablé dans le salon, je rédigeais un texte de remerciement à nos hôtes quand soudain sur la pelouse, au fond en plein soleil, un oiseau occupé à picorer attira mon attention. Cet oiseau me coupa le souffle. C’était la première fois que j’en voyais un semblable. Sa couleur verte se mêlait à celle de la pelouse et avec le soleil cela faisait un spectacle magnifique, magique presque. C’était sans aucun doute un pic-vert. Il entrait dans ma réalité alors que je n’en connaissais que des images. Figé, immobile, je profitais du spectacle jusqu’au moment où il s’envola, trop rapidement à mon goût.


La couleur mise en exergue deux jours avant par l’animatrice, passait du monde minéral puis végétal au monde animal. Vu l’émotion qu’elle suscita cette fois en moi, je la reçu comme importante, essentielle.

Que venait faire symboliquement cet oiseau ce matin, sinon attirer mon attention. Je me précipitais sur le « Dictionnaire des symboles. (2) » pour y trouver un écho, un sens :


PIVERT (Pic-vert) : D’après toute s les traditions ,le pivert apparaît comme un symbole de protection et de sécurité. Le pic-vert est sans doute un symbole de ré-enfantement, du fait qu’il creuse des trous dans les arbres. C’est la rentrée dans la mère que figure cet oiseau secourable, image libératrice de la pensée, désir né de l’introversion (JUNG,334-335)

Les mots me manquaient à présent pour exprimer mon étonnement.
Oiseau grimpeur, associé aux arbres qu’il martèle, d’un toc-toc sonore, il me ramenait à l’horloge et à son tic-tac. D’association en association mon imaginaire s’éveillait, passait de son nid fait dans les arbres creux au va et vient du balancier jaune de l’horloge derrière son hublot. L’horloge ne m’apparaissait plus masculine seulement, elle était par le détours du pic-vert liée au monde féminin. Ce n’était pas seulement le nom qui était questionné, le coté père, c’était ma relation symbolique au monde féminin, au monde de la mère. Du travail me restait à faire, j’avais du pain sur la planche.

(1) Soteria-Formation

(2) Dictionnaire des symboles . p. 761-62ISBN : 2.221.50319.8
Laffont/Jupiter- Bouquins –1982

Les commentaires sont fermés.