24/11/2013

Midomi pour la réponse.

notes de musique,voix du coeur,nana mouskouri,vocalises,christian schloe

Les diaporamas qui m'arrivent par séries sur mon mail, me pèsent souvent mais si je me coupe de leurs sources, je perds la perle qui un jour ne manquera pas de passer. Aussi, je les accepte avec patience et les parcours de plus en plus rapidement. Si la musique, qui s'y ajoute à présent, me pèse, si la qualité des photos n'est pas suffisante, je les efface de suite. Je n'ouvre plus que les nouveaux espaces, les concepts différents. À présent un écran d'ouverture en accompagne certains. Plus d'un est cadenassé. On n'arrête pas le progrès, mais je doute que cela en soit un?

Depuis quinze jours, la perle du mois, de l'année même est sur mon écran. C'est une série de diapositives montrant des œuvres d'un peintre qui m'est totalement inconnu. C'est un artiste autrichien qui est dans la veine de mon peintre préféré : Magritte. Son imaginaire me plaît. Son travail que je découvre me touche. Son nom est Christian Schloe.

De nombreuses images sont accessibles mais seule la première photo de ce diaporama est marquée pour toujours dans mon esprit. Sa composition a un nom sans doute mais je l'ignore. Son sujet, une tête de femme avec un bonnet en pointe émerge de l'eau, sur fond sombre étoilée. Sorte de muse m'interrogeant par son regard mystérieux. Une voix magnifique vocalise en décor sonore un air qui me transperce. Voix qui vient de la profondeur comme celle de Lisa Gérrard dans "Sacrifice"

Ma patience face à toutes ces images neutres et banales qui passent est récompensée.

 C'est un cadeau d'anniversaire rempli de beauté et de mystère. Un clin d'oeil de la vie qui me touche au plus profond. Cette chanteuse a sans doute un répertoire, une notoriété, des albums. Comment faire pour la découvrir dans cet océan rempli de musique, de musiciens, de chanteurs ? La bouche-à-oreille ? Si je ne sais pas quelqu'un le sait. Un ami, une amie ! Comme j'en ai l'habitude, je transmets la série d'images et sa bande sonore à quelques amis, et pose à chacun une question précise. "Connaissez-vous cette voix ? À  croire que la plupart ne savent pas lire, j'ai peu de réponses. Aucun dialogue par rapport à ma question. Est-ce que ce média a perdu son sens, tombe-t-il dans l'anonymat, l'indifférence ? Je n'ai pas de réponse à donner, je ne réponds pas à la question. Je n'exprime rien.

N'y a-t-il pas un minimum de convivialité, d'élégance, un minimum de savoir-vivre ? Un fichier sans accompagnement écrit, simplement transféré, passe encore mais il y a ma question ? Elle attend une réponse !

Elle m'obsède. "Qui chante ? "

Une première réaction de ma correctrice. Si la mémoire de l'homme ne suffit pas, par ignorance, par indifférence, une application, un logiciel de reconnaissance musicale est à disposition sur l'Iphone.

Un gadget que je n'ai pas et qui renseigne, me dit-elle le nom de l'air "Le pêcheur de perles". Coïncidence peut-être, c'est un pêcheur que je suis et je cherche la perle qui a cette voix. Elle évoque le nom d'une chanteuse mais je ne l'imagine pas dans ce registre, dans cette tessiture. Elle chante des textes, d'une voix de tête, je dirais mais pas du ventre comme Lisa Gérrard.

Dans mes recherches, sur Dailymotion,  pour l'air du pêcheur de perles, je ne trouve que des voix d'hommes. Je n'y retrouve pas la profondeur du  clip musical inconnu, c'est de la haute voltige, des vocalises éthérées.

Le fichier musical que m'envoie avec élégance la créatrice du clip que j'ai questionnée par mail n'est qu'une référence d'ordre. Elle n'en connaît ni l'air, ni la chanteuse. Sa référence n'est qu'une instruction de codage, une référence électronique parmi les autres.

Le temps passe, mon questionnement se poursuit sans succès.

Aucun indice de mon réseau d'amis il faut en sortir passer à une autre méthode.

Je repense à son idée, fredonner le morceau devant le PC où une fenêtre ouverte dans le logiciel enregistre. Mais l'air que je fredonne, ne ressemble à rien, je n'ai pas l'oreille musicale, et n'arrive pas à le reproduire. Le verdict tombe, air inconnu.

Je reviens à son idée à propos du site musical, confier la requête à une machine. Le scénario du processus se met en place.

Avec le fichier musical en lecture sur mon PC, j'interroge mon portable branché sur la banque de données musicale "midomi.com ". Ce site à dit-il plus de 16 millions de références. Parcouru rapidement, le fichier livre un titre "Recuerdos de la Alhambra". L'air semble adapté à la guitare par Francicos Tarrago, un musicien espagnol spécialiste de la guitare classique de la fin du XXe siècle.

La voix indiquée est celle d'une chanteuse bien connue, elle vocalise, loin de ses chansons à textes. C'est bien la chanteuse évoquée par ma correctrice, dans une exception de son répertoire. Elle muse l'air.

C'est la voix que je cherche ou elle est très similaire.

Elle ne chante pas de la tête mais du coeur précisément du ventre, c'est de là que partent les chansons des nombreuses voix qui me touchent.

Détail curieux sur l'Internet quelques années auparavant, j'avais été touché jusqu'au frisson par un clip musical filmé, un flash mob comme on les appelle dont l'air débutait par de Do Ré Mi (1). Ici c'est ni Mi.do.mi qui me parle. À nouveau, trois autres petites notes qui résonnent et me font vibrer.

Cadeau d'anniversaire.

 

(1) (Mariadans.)

(2) (La clé de Fa.)

 

 

 

Les commentaires sont fermés.