02/04/2015

L'acte manqué.

Pour ce rendez-vous que j’attendais, que je souhaitais, je suis seul. Elle n'est pas venue, elle est malade.  Je n’ai pas perçu le message d’annulation, trop confiant dans le fait que ce rendez-vous ne pouvait "ne pas" avoir lieu.

Ce n’est pas aujourd’hui que j’entendrais le témoignage de son amie.

    morosité,souffrance,imprécision,deuil Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille.

     Tu réclamais le Soir ; il descend ; le voici :

     Une atmosphère obscure enveloppe la ville,

      Aux uns portant la paix, aux autres le souci.

                   Recueillement :          Ch Baudelaire 

 Continuer comme si de rien n'était. Vaquer aux tâches quotidiennes sans grand enthousiasme, flotter au gré des courants, sur une morosité qui s'installe sournoise. 

Temps d'incertitude !

Le temps devenu maussade pèse de plus en plus. 

La quantité des tâches ne fait que s'afficher sur des listes interminables. Les objectifs passent et repassent en boucle dans un esprit qui s’embrume.

La joie où est la joie ?

Quelques petites lueurs vacillent apportant un peu de soutien, de réactivité.

À quoi servent toutes ces modifications, ces arrangements nouveaux demandés et souhaités pour notre intérieur familial, par un activisme qui ne me touche guère!

Ma lucidité longtemps présente perd de son éclat, s'oxyde, se ternit. Je peine à mettre de l'ordre dans ma réalité, dans mon esprit. J'oublie de tenir un agenda qui dès lors est toujours toujours en défaut. Il manque de la clarté nécessaire pour éviter les doublons, les erreurs.

Temps de dépression larvée, temps extérieur maussade.

Images d'un intérieur attristé.

24/03/2015

Que sont les amis devenus...

Arquebouté dans la tempête,

Comme un phare dans les vagues

Je m'accroche au rivage.

Où sont les mers étales

Qui faisaient le bonheur,

Les couchers de soleil apaisants ?

 

Vaincue par la souffrance

Qu'elle ne supportait plus

Elle nous a laissé, là

Sur le bord de la rive.

 

Dans le désert des jours,

En vain mes larmes coulent.

Les amis se font rares,

Leurs peurs nous épuisent.

 

Peu de mots, peu de voix

Pour soutenir nos pas.

Un mot un jour ne suffit pas.