29/04/2017

Faire-part manquant !

Le rythme de nos rencontres fraternelles s'était estompé ces derniers temps car elle se consacrait à son cercle de famille et à la santé de ce compagnon de route, devenu son mari, trois ans plus tôt. Hier l'inéluctable s'était accompli il avait rendu l'âme après des semaines de lutte contre le cancer qui le rongeait et dont il ne parlait guère. Ne pas s'appesantir sur les épines, ne voir que les roses, aurait pu être sa devise.

La compassion, les états d'âmes n'étaient pas au menu.

On est battant, un point c'est tout.

Comment alors aborder son départ, son cercle de famille hors du commun, loin des récits de santé, des visites larmoyantes.

Ne pas trop en faire, d'accord mais si peu ?.

Entre les deux, j'oscillais ne voulant pas dépasser la frontière bien balisée de son champ de confort moral. Élevé à la dure, sans sentiments, dans une famille éclatée à cause de la guerre, il s'était sans doute forgé cette carapace si complexe.

Après une journée d'hésitation j'avais accompagné ma plus jeune sœur auprès du prêtre pour la préparation, comme elle disait d'une cérémonie simple, avant d'enterrer son mari une semaine plus tard en Dordogne auprès de ses parents installé là cinquante ans plus tôt et reposant maintenant à la lisière du bois, au bout de la propriété.

Personnage brillant et original, son homme avait tracé ce destin particulier. L'hommage qui lui serait rendu serait simple.

Au fond traduit en langage local; une absoute serait dite avant le grand départ dès les formalités diverses accomplies.

L'annonce du décès n'avait pas été faite avec un faire-part traditionnel précisant les détails de l'enterrement. C'est un mail envoyé aux amis et aux proches qui avaient précisé le cadre des événements. En tant que frère, de son coté, j'en avais été destinataire.

Du mélange des informations écrites, des coups de fil, des sms, moyens modernes de dispersé l'information et prévenir tout le monde, ma fille avait été oubliée et je n'en avais rien vu.

Ne la voyant pas à la cérémonie, j'avais imaginé un scénario de colère, de révolte par rapport à des préséances, des oublis blessants du passé. Une manière de faire comprendre une indépendance mal cernée, mêlée de regrets de silence.

Mon fils qui aurait été mieux dans le rôle, était présent pour soutenir la fierté familiale, la cohésion, l'unité dont je rêve dans les circonstances difficiles pour affronter les difficultés. Serrer les coudes en famille, construire un lien le plus solidement possible, en étant attentif aux anciens comme le préconisait notre éducation d'après-guerre.

La génération d'après mai 68, celle qu'on nomme XY n'était plus dans cet esprit et concrètement je fulminais pour ce manque d'égard soutenu par une jalousie qui pointe le nez trop souvent.

L'appeler au téléphone pour demander la raison de son absence et me faire torpiller par des propos incendiaires ne me tente guère. J'essais de survivre à l'émotion et à tous ces souvenirs du passé qui ne demandaient qu'à surgir de l'ombre et à me couper les jambes.

Vivre mon deuil, ma souffrance épuisait déjà mes forces Je n'en avais pas plus pour pourfendre l'absente, celle qui aurait soutenu mes pas et qui rêve tant d'indépendance et d'autonomie.

Les échanges par téléphone le soir et le lendemain avaient été caustiques, durs, agressifs. J'aurais sans doute mieux fait de garder ma langue en poche mais l'absence était trop forte. Je croisais le fer inutilement car elle n'en avait rien su.

Oubliée sur la liste des destinataires, elle s'était appuyé sur les vagues descriptions du premier jour, donné par sa mère, au moment où rien n'était décidé et considéré que l'enterrement était en France. Puis elle était restée isolée dans son indépendance.

Tradition morte, tradition qui n'a plus de sens, les coups de téléphone nombreux pour échanger avec la famille sont écrits à présent dans des phrases au sens multiples, sans ajustement par la réaction, les questions qui naissent de l'échange verbal.

Le mail est la meilleure et la pire des choses, à la lecture se mélange les non-dits, les suppositions, les extrapolations. Nous voilà en conflit au lieu d'être dans la compassion réciproque.

Un soir pourtant en rentrant d'une promenade détente, devant mon écran de PC des excuses et un mot amour. Papa, je t'aime.

Pourquoi être passé par là, par ce conflit ? Pour éviter la case des larmes qui avant n'ont pas été versées ? Peut-être !

18/11/2015

Mettre la sourdine.

Mettre la sourdine, Moi ! Non !

Ma femme s'était accrochée une fois de plus à son point de vue avec obstination et mauvaise fois. Elle défendait seule un point de vue dangereux qui ne tenait pas compte de la réalité. Elle voulait que le monde soit ainsi sans se rendre compte qu'il était bâti autrement, et elle ne faisait pas le pas en arrière qui représentait la solution au problème.

J'avais retrouvé dans ce scénario, ma belle-mère qui s'accrochait à une idée fausse, reconnu par tous et qui n'en démordait pas.

Quelques années après mon mariage, son point de vue d'une information géographique ne pouvait être modifié. Sa conception de la chose dite était juste et définitive. Mon frère et elle en étaient, presque venus aux mains, pour de part et d'autre maintenir un point de vue. Dans ce cas, ma belle-mère se trompait sur toute la ligne. Elle avait tort et ne pouvait le reconnaître.

Dans la lignée des mères on ne recule pas, on s'accroche.

Est-ce que ma fille en avait hérité, de cette obstination ? Être comme un papillon de nuit qui heurte la lampe brûlante et qui meure faute d'avoir changé son modèle d'approche d'une réalité.

Plus d'une fois, malgré sa santé vacillante qui demandait une période d'apaisement, d'arrêt pour reconstituer ses forces, elle voulut malgré tout se représenter à une fonction supérieure. Elle n'avait aucune chance car sa santé n'avait pas la stabilité nécessaire pour assumer la fatigue et le stress d'une nouvelle fonction et surtout pas dans le milieu où elle était connue.

Dans la lignée des mères il y avait de cette obstination à tenir une position, une pensée, une déclaration alors que tout autour les indices laissés montraient des valeurs contraires.

En la conduisant à la gare un matin, mon épouse m'avait mis hors de mes gonds m'avait énervé avec sa phrase leitmotiv . "Ma fille n'est pas reconnue pour son nouveau diplôme.” Sa formation complémentaire à l'université aurait dû améliorer son salaire car plus on est diplômé, plus on gagne.

Elle ne voulait pas reconnaître que la société fonctionne autrement que c'est la fonction, qui donne des responsabilités plus importantes, qui permet une revalorisation barémique.

Camper sur ses positions, manquer de la souplesse nécessaire pour revisiter son choix en fonction d'une prise en compte de nouveaux éléments. Non, elle s'accrochait à son point de vue.

Au lieu de se satisfaire un temps encore de la fonction, du rôle qu'elle occupait à l'hôpital, ma fille aînée avait choisi de postuler à d'autres fonctions au lieu de faire un profil bas et de s'occuper de sa santé.

Avoir de l'ambition c'est bien mais encore faut-il avoir les moyens et bénéficier des compétences, d'une résistance au stress et ces dernières années à ce point de vue elle était en manque. Elle devait récupérer, reconstituer ses forces et s'avouer une faiblesse temporaire. Il lui fallait marquer une pause s'interroger s'arrêter et je le constatais avec peine : elle était comme sa mère, sa grand-mère bloquée contre le mur, faute d'avoir pu marquer le pas, reculer, mettre ses exigences à un niveau moindre, à un niveau concernant son état.

Dans le feu de l'action du quotidien ce défaut n'avait pas été mis sur la table, n'avait pas été tempéré. Voir est bien difficile sans le recul nécessaire.

Cette autre attitude l'aurait peut-être sauvé.