Présentation du blog.

Ce blog « Récit de vie » se présente par billets postés depuis quelques années. Ce sont mes étonnements de père d’une famille de trois enfants. Au fil du temps, ce blog s’est développé par les hasards de la vie, au départ d’une recherche généalogique traditionnelle, c’est le premier post. ( L'arbre de famille ) Puis, ce sont mes interrogations, mes émotions, mes souvenirs sur les liens de famille, la place de l’homme dans le lien familial. Devenu père, je vois mes enfants s’exprimer, se dire, dire les liens vers moi et mes parents. Se dessine alors par touche,  la transmission dans les générations, des non-dit, des comportements, des répétitions.

C’est un va et vient permanent, entre mes filles, mon fils, mon épouse leur mère, mon père, ma mère, mes grands-parents. Les billets se présentent au jour le jour selon les points forts de la vie. Une remarque, un souvenir, un livre, une réunion de famille peuvent en être à l’origine. Puis apparaissent mes petits enfants et le questionnement qu’ils remettent en route à mon niveau, celui de mes parents, de mes grands-parents.

C’est un patchwork de vie par textes de deux pages en moyenne dont quelques uns sont classés dans les pages sous-chapitres de cette présentation. Un sens se marque ; me laisser aller au courant de la vie, sous la guidance du thérapeute intérieur qui est en moi.

De temps à autre un flash-back car la situation présente trouve ses prémices dans le passé. C’est au fond en permanence teinté de psychogénéalogie. Un lien peut être souvent fait avec des situations passées.

Ce n’est donc pas un roman, avec un trajet linéaire, où se développe un sujet, un projet. Ici c’est le hasard, les synchronicités qui président à l’écriture. Ces textes sont comme des méditations sur un fait de vie. Ils percolent, rebondissent et conduisent à apaiser le présent, à se détacher du passé, à être plus présent dans le quotidien.

En écrivant les premiers textes, je n'imaginais pas les espaces que j'allais parcourir dans cette quête mystérieuse, dans ce soucis de percevoir. Mes lectures, des sessions de développement personnel ont ouverts des portes, balisés des chemins dont je m'étonne encore aujourd'hui. Mes premiers textes ont été écrits après le départ de mes parents, comme si par fidélité à leur souffrance, je n'avais que le choix, devant leur fragilité, que de ne rien dire, de faire le gros dos. Avec mes enfants, je ne voudrais pas être dans le scénario du silence. Je suis entré dans une parole qui n'existait pas à mon adolescence et jusqu'a mes quarante ans, date de mon entrée dans l'écriture.

Bien sûr, l'époque est plus ouverte, les moyens sont à portée de mains pour progresser dans un mieux être. Encore faut-il, en confiance, regarder et s'ouvrir à la richesse de l'époque. C'est aussi avoir une mémoire du chemin parcouru non pas, par les lieux, les objets, les histoires mais par le ressenti.

 

 

Écrit par Ale Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.