03/02/2007

Racines

Bw25-Racines.jpg

Les livres.

Enfin, le livre "Faut-il payer la faute de ses ancêtres » était à nouveau disponible en librairie. Depuis le débat télévisé qui avait abordé les secrets de famille, et le témoignage impressionnant apporté par l'auteur, j'attendais d'enfin entrer dans la matière proposée par celui-ci. L'auteur, journaliste averti, m'avait semblé ouvrir un volet différent des sujets abordés dans les livres de Tisseron et dans un livre déjà presque oublié " La famille comment en ré-échapper !" Cette personne développait une relation plus large avec le domaine concerné car elle s'informait auprès des différentes écoles et de fil en aiguille trouvait les recherches les plus avancées pour apporter à ses lecteurs un éclairage tout à fait différent.


La recherche.


L'esprit de la recherche généalogique me suivait à la trace depuis longtemps dans sa forme élémentaire qui était la constitution de l'arbre généalogique de la famille. Depuis dix ans par période d'activité, j'avais accumulé les informations, rassemblé les papiers familiaux dont les ébauches de l'arbre familial constitué par mon père et reconstitué à partir des microfilms de la salle réservée de la bibliothèque, l'arbre complet de ceux qui portaient le « Nom ». Cette attention à l'histoire et mon expérience de la vie de tous les jours m'avaient rendu attentif à la transmission d'éléments autres que ceux du nom. Ils m'avaient ouvert à la transmission des caractères, des mythes familiaux, à la transmission non pas des couleurs des yeux ou des grands nez mais à la transmission d'une hérédité plus subtile.


Le coffre fort.

Une nuit, dans une phase d'insomnie, dans le salon, ma conscience fut attirée par le coffret en bois placé sur l'ancienne cuisinière qui le garnit. Ce coffret n'était-il pas symboliquement le centre, le gardien des secrets familiaux quel qu'il soit. De mémoire d'enfant, il contenait les vieux papiers familiaux, quelques pièces d'argent, un vieux portefeuille, un porte-monnaie en cuir , quelques bijoux et se plaçait au-dessus des actes de propriétés, de quelques plans cadastraux, sur les obligations et actions anciennes et nouvelles, dans le coffre-fort familial placé dans la chambre des parents. Depuis toujours pour moi, il était le centre mystérieux, le trésor, l’endroit où ce qui avait été le plus précieux, aux yeux de mes parents, la caisse commerciale, le peu de richesses financières, les souvenirs familiaux, se situaient. Le son de l’ouverture de sa porte résonne toujours à mes oreilles. 
Au partage familial, j'avais voulu, vu mon intérêt pour le passé, obtenir ce joyau symbolique, le centre, cet objet ancien en bois qui avait été une fois pour toute extrait de son enveloppe métallique pour trôner depuis aux yeux de tous dans mon propre environnement familial. En quelque sorte, j'avais exhumé ce corps de bois et ces restes de papier pour comme je le constate maintenant en faire d'une certaine manière l'autopsie lente et prudente et mettre à jour le non-dit familial.
Aujourd’hui, il m’apparaissait comme le fil rouge, essentiel, pour m'approprier instinctivement le passé.


transmission,arbre généalogique,histoire de familleLe coffret en bois.

C'est dans celui-ci que mon père rangeait, dans une grande enveloppe professionnelle jaunâtre, ses premiers schémas d’arbre familial, ses fiches de recherche annotées de renseignements. S’y trouvait, le crayon généalogique, impressionnant par le nombre de générations, nous reliant à une bourse d'étude constitué un jour par un fortuné fondateur. Puis en dessous, dans quelques papiers professionnels importants, un petit document jaunissant, la lettre de voiture autorisant le transfert de la dépouille de notre plus jeune sœur, morte en couveuse en 1961, vers le cimetière et la parcelle familiale. S'y trouvait aussi leur carnet de mariage, la carte d'identité de mon grand-père paternel mort à 35 ans et sans doute aussi d’autres papiers symboliquement importants. Etait-ce le fond symbolique complet constitué par les parents. Probablement mais comme il n’y avait pas eu d’inventaire, je l’ignorais.


 La lignée des ancêtres.

 

Pourquoi alors Papa avait-il aussi dans les années 60 entreprit une recherche généalogique, contre toute la logique ambiante et en dehors de toute mode, sans nous avoir montré où son grand-père était enterré? Quelque chose devait le pousser sur ce chemin pour avant l'heure clarifier dans le passé ce qui avait pu se passer et ce sans l'aide des études nombreuses et d'une société intéressé par le sujet.
 Dans ses premières tentatives écrites de trouver des informations par la parenté, il avait tenté de retrouver des faits comme un détective  mais la mort l'avait fauché avant qu'il ne réussisse. Le germe avait été posé en moi par le contact avec ces grands livres paroissiaux, immenses registres qu'il m'apprenait à consulter pour me faire saisir la chaîne des générations. Le livre cité ci-dessus serait sans doute pour moi, le fil d’Ariane, pour comprendre cette envie, cet appel à chercher au delà de mes premières impressions.

13/05/2005

Bienvenue

Que ce soit l'intéret ou le hasard qui vouspousse sur ces pages,vous étes l(a)e bienvenu(e). Mon souhait est de présenter le résultat d'une quète familiale qui a trouvé un dénouement curieux et étonnant. Mode ou pas mode peu m'importe, j'ai suivi mon pressentiment et me suis lancé dans la recherche de mon arbre familial.
L'arbre matriciel qui en résulte n'est qu'un point de vue parmi les autres mais il se caractérise par un cheminement qui s'est précisé semaine après semaine pour s'intégrer dans les tendances du moment.Mon gyroscope a été la synchronicité, faire et laisser se faire les choses en gardant une attention aux évènements. L'aventure n'est pas nécessairement dans les endoits lointains, elle peût l'être à sa porte. En voici un témoignage. Synchronistiquement

Mfg Ale

PS. Ma première intention n'était pas d'en faire une chronique, c'est en parcourant les étapes que je m'y suis projeté et que s'en est devenu une. Pour trouver un sens, grâce à la rubrique neuve offerte par Skynet "Pages" vous trouverez un aperçu et une table d'orientation.

Arbre généalogique, héritage famlial, lien au passé, détachement