16/02/2013

La photo d'artiste.

mystère,découverte,étonnement,au-delàLa photo au milieu du désordre de la table m'avait touché immédiatement.Son style particulier la signait en cette période de fin d'année. C'étaient les voeux traditionnels d'une amie artiste. Cette année, son envoi présentait une dimension spéciale qui m'avait interpelé immédiatement, bien différente de celle des photos conventionnelles de la nature des années précédentes.

Dans celle sous mes yeux, une qualité supplémentaire émergeait, un je-ne-sais-quoi qui la mettait, selon moi, hors catégorie. L'image dégageait un flux mystérieux, sortait de la banalité, des conventions du genre.

Elle ne parlait pas à mon univers rationnel, à ma partie intellectuelle mais à mon irrationnel. L'angle de prise de vue ne permettait pas un décodage immédiat. Il y avait inversion des valeurs classiques : le cadre remplaçait le sujet habituellement présenté, ouvrant immédiatement la porte de l'inconnu, le seuil d'un univers autre. Un peu comme si, dans un paysage bien connu, le sentier disparaissait brusquement  de la vue, entraînant un questionnement, la nécessité de marquer le pas en faisant une pause, d'ouvrir l'œil, de porter son attention.

Tout était dans le jeu de la lumière : le clair, l'obscur, avec en plus la sensation d'un mouvement balançant entre les deux bandes verticales sombres  des côtés, mettant en sandwich un centre clair. Comme un puits s'ouvrait devant moi, avec pour empêcher mon vertige, les deux traces noires d'appui,  marquant le bord. Le centre s'ouvrait une autre dimension.

Rationnellement l'on aurait imaginé une fenêtre ouvrant sur un paysage justifiant la prise de vue. Ici c'était le contraire, le champ visuel était occupé par une surface grise, légèrement colorée, qui attirait surtout du côté droit par quelques taches filandreuses.

En entrant par la vue, dans la photo par la gauche ou la droite, on était transporté ou renvoyé vers la droite comme une invitation à un départ, à une sortie à un changement d'attitude, d'habitude.

Le sens rationnel de la lecture de gauche à droite ne convenait pas plus que celui de droite à gauche, arrêté par les larges lignes sombres, presque noires. Ce mouvement machinal de lecture était mis en défaut. Je percevais comme un rebond entraînant vers une autre approche, plus globale, moins systématique. Une sorte de vertige anéantissait l'approche intellectuelle. Mon ressenti aspiré d'abord vers la tache grise se détendait vers le rayon de lumière vertical, point de mire excentré de l'ensemble s'étalant devant mes yeux.

Ce bâton de lumière me renvoyait à des souvenirs d'adolescence où,  dans le fenil sous un toit de vieilles tuiles à torchettes, le soleil l'été pénétrait dans l'espace en scintillant.

Clair-obscur, à nouveau ; magie de la lumière qui fait tout exister. Temps d'émerveillement à suivre les particules de poussière qui entrent, traversent puis disparaissent au gré de la pesanteur, ouverture vers l'irrationnel vers la légèreté et le mystère.

Les vieux objets cassés rangés, aux formes diverses, chaises, tables,  planches, perdaient leur nature et n'étaient plus que confondus. Seules vivaient la lumière et les poussières. 

Formes aussi qui disparaissaient dans le centre de la photo, taches grises, défaut de planéité, plafonnage mis en valeur par la lumière rasante.

Taches grisées et plus claires verticales qui renvoient d'office au rayon de lumière colorée sur la droite.

Train-train quotidien, grisaille des jours d'hiver. Monotonie des habitudes.

À droite, l'espoir, la lumière qui vient, qui vit, chaude,  remplie par les nuances d'une palette qui s'affirme doucement. Oscillations entre un état morne, éphémère et un clin d'œil lumineux. N'y a-t-il pas quelque chose d'autre à voir, mis en valeur par deux bandes noires effilées, sentinelles gardant l'entrée d'un autre monde ?

Mystères à découvrir ; invitation à quitter les enfermements du quotidien pour s'ouvrir à ce qui se déploie de neuf au seuil de chaque jour qui nait, qui passe. Autre possible du moment, seuil à franchir pour entrer dans les champs nouveaux. Résolutions à faire en ce début  d'année nouvelle ?

Non, rationnellement non !

Suivre le sens qui émerge, l'attracteur qui charme.

Voeux 2013