25/09/2006

L'arrière grand-père paternel

L ‘unique photo représentant l’arrière grand-père paternel devait, vu l’âge de la photo, avoir été tirée d’un négatif sur plaque de verre. Une douzaine d'identiques étaient soigneusement rangés dans le tiroir du bas du bureau du père.

De mémoire d’adolescent, je me rappelle les avoir déplacées plusieurs fois et regardées en transparence pour essayer d’en déchiffrer la nature. Mais le mystère n’avait pas été levé par une impression papier. Mon père d’ailleurs ne semblait y attacher qu’une valeur relative car il ne nous en avait pas livré les secrets, même après l’établissement de la première partie de sa généalogie. Un an après sa mort, ma mère souhaitant retrouver sa maison maternelle, nous  avions quitté le village et ces plaques de verre ne nous avaient pas suivies. Elles étaient passées dans la poubelle car le passé n’avait pas d’importance pour nous à ce moment.

Impossible à présent de savoir si d’autres photos de cet arrière grand-père en faisait partie. Le seul tirage papier en ma possession le représentant, le montrait, installé dans son fauteuil dans un décors qui m’était familier, par le lambris en pavé et le pavement. C’était un coin de la salle à manger de la maison paternelle, celle de mon enfance dont il avait été au début du siècle le propriétaire. Mon père avait recu cette maison  en héritage.

La table aux flancs rainurés en faisait partie, ainsi qu'une horloge comtoise, assurant ainsi par rapport à cet homme, une passerelle de temps.

L’absent, celui qui n’ était pas dans la tombe familiale, n’était quand même pas entièrement perdu dans le passé.

Ne nous invitait-il pas à passer à table.