25/02/2011

Détente et tension

toux,crypte,récit de vie,souvenirs d'enfant,histoire de famille

Sa dépression arrivée comme un coup de tonnerre dans l’univers familial, avait secoué notre couple parental. Avec détermination, j’essayais d’apporter à notre aînée le soutien le plus concret et j’étais descendu au cœur du drame. Ma femme me suivait avec prudence, en retrait, me mandatait pour occuper la place qui lui revenait de droit par nature dans ma conception  du monde. Une mère n’était-elle pas en mesure d’assumer le soutien de son enfant frappé par un tel incident de santé.

Il n’en serait pas ainsi, j’aurais à affronter la détresse et les peurs de ma fille en direct. Ma femme faisait partie du problème qui venait d’apparaître, ce qui la rendait totalement inefficiente. Elle n’assurerait que le support logistique. Une intuition de plus en plus nette m’apparaissait, elle avait en elle,  caché, occlus, le même état psychologique que ma fille, mais sa carapace n’avait pas été percée. Celle-ci, épaisse la protégeait toujours et elle continuait à se fuir, comme elle l’avait fait depuis qu'elle avait été mère.

Le fantôme de Germaine, sa grand-mère maternelle, chargé de toutes les émotions perçue chez ma fille, logé dans la crypte (*) reçue par la lignée des mères, lui était inaccessible.

Le travail de guérison du traumatisme qui était mis à jour, serait effectué par notre aînée. Je me devais avec les résultats de mon développement personnel engrangés les dernières années de lui apporter la présence la plus sereine et la plus large, jour après jour. L’épisode de la toux, à ses dix ans, n’avait rien résolu, la blessure était plus profonde. (**) 

J’étais écartelé entre la résistance de la mère et la faiblesse de la fille.

En voyant mon épouse secouer avec vigueur une carpette à dépoussiérer contre la chaise longue du jardin, scène inhabituelle, (Elle m’en charge généralement, car dit-elle, c'est un travail d’homme) je sentais qu’elle extériorisait et canalisait la panique et la peur qui l’envahissaient à la perception de la détresse de sa fille. Allait-elle craquer, sous cette forte tension ?

Elle résistait depuis des années, évitait, reportait, luttait contre ses angoisses, par la prise de médicaments, par le passage aux mains de  divers kinés, de multiples ostéopathes, d’huiles essentielles de toutes sortes, de pilules de toutes les formes et de toutes les couleurs, de granulés homéopathiques que lui prescrivait un médecin bavard et aveugle pour des maux qui ne provenaient que de sa carapace et de la menace que présentait l’ouverture de sa crypte.

La douleur enfouie profondément en elle, venait par symbiose d’affleurer et menaçait de surgir comme chez sa fille. L’insécurité d’un abandon jamais verbalisé et apaisé venait au jour et la rendait, pour ne pas en ressentir les effets, encore plus tendue et plus agressive qu’à l’ordinaire.

Un conflit entre l’instinct maternel de protection et la peur de la détresse profonde la lançait dans un activisme inutile et dérisoire, une hyperactivité ménagère et une attention aux autres inadéquate. Elle s’emparait des résultats effectifs de ma présence les faisant sien, les présentant  aux autres comme les résultats de sa coopération, dans l'incapacité où elle se trouvait de mesurer son apport effectif et ce que cela signifiait pour elle.

Elle ne s’était pas effondrée par sympathie. Au contraire, elle s’était raidie pour gérer ses tensions,t venait pour exprimer métaphoriquement ses tensions intérieures, à l’extérieur, de faire éclater les deux pneus droit de la voiture en prenant  de plein fouet, une bordure d’un parterre en bord de rue. Comme si son instinct, par cet acte manqué, voulait une fois pour toute la déstabiliser et la libérer de son enfermement.

Ses larmes bloquées,  avaient enflammé son nez au point de la rendre, incapable de parler et de s’exprimer, dans une réunion d’amis. Elle étouffait de ne pouvoir libérer par les larmes, le déversoir naturel, son désespoir de petite fille. Elle annulait tous ses engagements et se réfugiait dès la tombée de la nuit avec sa bouillotte, sa panoplie de tisanes et pilules dans son lit.

Le système familial tremblait. Un abcès s’était ouvert chez l’une par la plongée dans les émotions puissantes du passé. Chez l’autre, c’était le blocage nasal entre autre et l’éclatement des pneus droits de la voiture. La plus jeune qui ne fonctionnait pas dans ce syndrome de l’abandon, faisait un travail personnel, suivait son petit bonhomme de chemin, essayant de se stabiliser  à nouveau dans le monde du travail en cherchant activement un emploi.En sortant d’un stage de développement, elle passa une heure à la maison et elle en profita pour me poser une question piège ou réflexive au minimum. 

« As-tu mémoire d’avoir été abandonné par ta mère ! » 

Elle vérifia en me faisant répéter, que la phrase était bien inscrite dans ma tête, puis elle s’en alla.

De voir clair chez les autres, n’était-ce pas éviter de regarder en moi. De voir l’effet qu’aurait eu dans ma vie, un tel abandon. La question méritait de laisser venir en surface les réponses inscrites en moi. N’avais-je pas été pris d’une toux grasse, persistante  et bilieuse depuis une semaine. La fixation d’une infection sur mes bronches me renvoyait à l’épisode de la toux de ma fille à ses dix ans. Non seulement j’étais observateur, mais cela faisait écho à ma propre souffrance d’enfant, occultée jusqu’alors et mise en exergue par la question de ma plus jeune.

Où était le lien, le chemin, la voie de guérison.

(*) Maria Török

(**)Texte pour les 10 ans de ma fille- Re-naissance